La dépression post partum : on vous dit tout !

massage femme enceinte

La dépression post partum : comment s’en sortir ? 

 

Grand bouleversement de la vie quotidienne, l’accouchement est similaire à un saut dans l’inconnu. Submergés d’un flot d’émotions, votre bonheur peut être parasité par un mal être, une anxiété et un stress omniprésents. 

 

Dans cet article, nous nous plongeons dans la dépression post partum pour en comprendre les symptômes, les causes et surtout les solutions

 

Qu’est-ce qu’un état dépressif post partum ? 

 

La dépression du post partum est un état dépressif profond et persistant sur une longue durée, qui peut survenir jusqu’à un an après l’accouchement. Cet état touche 10 à 20% des jeunes mamans, contre 8% des jeunes papas, sur les mille premiers jours après la naissance de l’enfant. 

 

Reconnue comme une maladie mentale, la dépression du post partum n’est pas à prendre à la légère. Elle vous plonge dans un état anxieux et mélancolique permanent, qui vous empêche de profiter de l’arrivée de votre nouveau-né. Mais rassurez-vous, aujourd’hui, la dépression est bien connue et elle se soigne !

 

 

Quels sont les symptômes de la dépression post partum ? 

 

La dépression du post partum étant une maladie mentale, elle induit des symptômes psychiques. En d’autres termes, votre esprit et vos pensées en sont les principales cibles.

Myriam Added, psychiatre et experte de la dépression du post partum, nous énonce les symptômes les plus courants : 

  • Extrême fatigue et troubles du sommeil ;
  • Pleurs constants et incontrôlables ;
  • Surmenage et difficulté à calmer son stress ;
  • Manque d’intérêt pour une majorité des actions du quotidien ;
  • Incapacité à se concentrer ;
  • Irritabilité, tristesse & trouble de l’humeur ;
  • Souffrance et mal être ;
  • Perte de confiance en soi, se traduisant par une dévalorisation de soi ;
  • Incapacité à apprécier son nouveau rôle de parent
  • Difficulté à tisser des liens avec son enfant ; 
  • Peur excessive et irrationnelle de faire du mal à son enfant ; 
  • Idées noires & sentiment que l’enfant serait mieux sans vous. 

Pour résumer, les symptômes se fondent généralement sur de l’anxiété et des peurs irrationnelles et compulsives. Il est essentiel de bien comprendre que tous les symptômes ne se manifestent pas tous et qu’ils fluctuent selon les personnes dépressives.

 

Comment faire la différence entre dépression post partum et baby-blues ?

 

Le baby-blues est à différencier de la dépression du post partum. Ce dernier touche 80% des femmes, en France, après leur accouchement. C’est un phénomène très courant, qui s’explique principalement par la chute des hormones à la naissance de l’enfantCet état psychologique se traduit par un sentiment de forte émotivité qui se traduit par l’irritabilité, la susceptibilité, la mauvaise humeur et/ou l’anxiété

Selon le président du Collège National des sages-femmes de France, Adrien Gantois, ce qui différencie à vue d’oeil la dépression post partum, du baby-blues, est la duréeSi l’état dépressif d’une jeune maman dure plus de deux semaines, après son accouchement, il s’agit sans doute d’une dépression post partum. Le baby-blues, à l’inverse de la dépression post partum, s’estompe naturellement au cours des quinze premiers jours, après l’accouchement. 

Enfin, la dépression post partum est reconnaissable par ses pics, des moments où l’état dépressif se fait particulièrement ressentir. Ces pics surviennent généralement à 2-4 mois après la naissance de l’enfant, puis à 6 mois après la naissance.

 

 

Quelles sont les causes de la dépression post partum ? 

 

L’arrivée d’un bébé constitue un bouleversement des habitudes et de la vie des parents. Les grands changements de vie sont d’ailleurs une des causes principales de la dépression

Il est important de savoir que personne n’est complètement à l’abri de développer une dépression de ce type. Il existe une multitude de facteurs causant cet état psychologique et souvent il s’agit d’une accumulation de plusieurs facteurs qui cause la dépression. 

Les principaux facteurs sont les suivants : 

  • Chute d’hormones : sautes d’humeur, anxiété, irritabilité, etc.
  • Allaitement : variation d’hormones importantes. 
  • Sensation de vide : mauvaise relation avec son corps. 
  • Problème de couple : instabilité, stress et solitude. 
  • Attention centrée sur le nouveau-né : se sentir seul et délaissé par ses proches.
  • Trouble de stress post-traumatique : souvenirs négatifs de l’accouchement & du mal à créer un lien avec son enfant.  
  • Le changement : de nouvelles responsabilités & l’impression de ne pas être à la hauteur. 

 

Quels sont les risques de développer ce type de dépression ? 

 

Vous l’aurez compris, femmes et hommes ne sont pas à l’abri de développer une dépression post partum. Cependant, certaines personnes sont plus susceptibles d’en être victimes.

Il existe en effet des prédispositions : 

  • Des antécédents mentaux avant ou pendant la grossesse ; 
  • La solitude sociale ; 
  • Une relation instable, difficile ou abusive avec le ou la partenaire ; 
  • Des antécédents d’addictions ;
  • Un important manque de sommeil
  • Une sensation de surmenage et de dépassement
  • L’expérience d’événements stressants récents, comme un deuil ou une séparation. 

 

Et les papas dans l’histoire ? 

 

Qu’en est-il de la dépression post partum des papas ?

Contrairement à ce qu’on peut croire, la dépression du post partum touche également les jeunes papas. 8% des pères développent cet état dépressif, au cours des trois premiers mois après la naissance de l’enfant. 

Généralement, cela survient à l’arrivée du premier enfant. À savoir que les causes sont les mêmes pour les hommes et pour les femmes, à l’exception des causes hormonales. 

 

Quelles sont les différences face à la dépression post partum entre femmes et hommes ?

Les symptômes, cependant, sont un peu différents. Chez les hommes, la dépression post partum peut se manifester par une colère excessive, et dans certains cas, par la consommation d’alcool abusive

Se sortir de cet état dépressif post partum s’avère plus compliqué chez les jeunes papas. Si ce sujet est tabou chez les femmes, il l’est davantage chez les hommes. En effet, rares sont ceux qui acceptent de se faire aider et qui prennent conscience de leur problème.  

 

La dépression post partum : comment s’en sortir ? 

 

Mettre des mots sur votre état psychologique

Selon une enquête de la Sofres pour Enfance et Partage, seulement 2% des parents souffrant de dépression post-partum consultent un psychologue. 

Pour entamer un processus de guérison, il est important de sortir du tabou. La culpabilité de ne pas être épanouie à l’arrivée de son enfant est difficile à vivre. La peur du jugement des autres est également une des barrières qui empêchent, de jeunes parents, à sortir du silence. Par conséquent, la dépression post partum est souvent dissimulée par les personnes touchées. 

L’objectif de cet article est de vous libérer un maximum de cette culpabilité et de cette image de la maman en pleine forme et épanouie, à l’arrivée de son enfant. 

Un accouchement est un moment de vie difficile, un bouleversement de la vie quotidienne et c’est normal de se sentir dépassé. Et ce, sans remettre en cause l’amour que le parent porte à l’égard de son enfant. 

 

 

Savoir où trouver de l’aide

Pour soigner une dépression de ce type, il est essentiel de demander de l’aide extérieure, pour une bonne prise en charge. Dans certains cas, la dépression post partum est liée à des troubles mentaux plus anciens. Dans ce cas, il est important de débloquer ces traumatismes, grâce à d’un psychiatre ou d’un psychologue. À l’occasion d’un suivi psychologique, des antidépresseurs pourraient potentiellement vous être prescrits. 

Trouble ou pas, il est important d’avoir une aide extérieure à son entourage. Faites appel, par exemple, à une association. Vous pouvez prendre contact avec Maman Blues, pour parler des difficultés liées à la grossesse. 

Vous pouvez également en parler à votre médecin traitant ou bien à l’infirmière du CLSC. Ces personnes sauront vous guider vers des solutions et des conseils professionnels précis. 

 

Se concentrer sur son bien-être

Submergés par les responsabilités de votre nouveau rôle de parent, il est important de ne pas vous oublier en tant qu’individu

Prenez du temps pour vous et faites des choses qui vous font plaisir et qui vous soulagent des anxiétés habituelles. Il est essentiel que vous sortiez, avec et sans votre enfant. 

L’entourage est également une source de réconfort. C’est pourquoi, voir des amis, faire des activités en groupe, rendre visite à votre entourage, vous permettra de retrouver votre place

L’objectif principal est de vous relaxer. Le massage est d’ailleurs un excellent moyen de vous détendre en profondeur. À l’occasion d’un massage chez Les Jardins Suspendus, à Paris, vous laissez derrière vous le tumulte de la vie quotidienne. À travers ce moment de bien être, vous allez vous reconnecter avec votre corps et votre esprit

 

Comment prévenir la dépression post partum 

 

Si vous souffrez de cette dépression

Cet état dépressif post partum étant reconnue aujourd’hui, des mesures sont mises en place pendant la grossesse

Par exemple, en cas de symptômes durant la grossesse, un suivi psychologique est proposé aux mères. L’objectif est de prévenir d’un possible effondrement psychique dans les mois suivants l’accouchement. Si on ne vous le propose pas, n’hésitez pas à demander de l’aide directement

Prévenir et informer sur le sujet de la dépression post partum est primordial pour limiter les risques de développer cette maladie. 

Voici quelques conseils à adopter : 

  • Se reposer après l’accouchement ;
  • Parlez de ses peurs à un proche, un psychologue, votre médecin traitant, etc ;
  • Adopter ou conserver une alimentation saine et équilibrée ;
  • Faire de l’exercice dans la mesure du possible ;
  • Rester en contact avec le monde qui nous entoure : réseaux sociaux et entourage ; 
  • Prendre soin de soi

 

Si un de vos proches souffre de cette dépression

Si vous connaissez une maman ou un papa qui souffre de dépression post partum, vous pouvez l’aider à votre échelle. Soyez à l’écoute et ne minimisez pas sa souffrance. Prenez de ses nouvelles régulièrement et déstigmatisez ce phénomène

S’il s’agit de votre partenaire, il est essentiel de communiquer avec elle sur le sujet. Une mauvaise répartition des tâches ou une charge mentale trop importante sont des facteurs aggravant de la dépression post partum. 

 

 

La dépression post partum se soigne avec du courage, de l’accompagnement, de bons traitements et une prise en charge efficace. Elle peut faire peur, mais à terme, elle ne vous empêchera pas de profiter des joies de la parentalité !

Ces articles pourraient vous intéresser